Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/920

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ἐμοι γὰρ φαίνεται, ὃ μήτ’ ἐγὼ πέπονθα εἶναι μήτ’ εἰμὶ μήδ’ αὖ σὺ εἶ κ. τ. λ. BEKKER p. 452.

Il n’y a point là de tautologie : ce sont les deux côtés d’une même idée. Bekker a raison de ne rien changer contre Sydenham, Heindorf et Schleiermacher. C’est, sous une formule générale, ce qui est dit plus bas spécialement : Si nous étions justes tous les deux, chacun de nous ne le serait-il pas ? et si chacun de nous était injuste, ne le serions-nous pas tous les deux ? D’après Sydenham, Heindorf et Schleiermacher, il devrait y avoir là aussi une tautologie.


~~~~~~~~