Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/926

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


furent leur bravoure et leur patience, que les Syracusains, leurs ennemis, ne purent s'empêcher de leur donner des éloges que d'autres furent loin d'obtenir, quoique regardés comme des amis. » Avec cette note : « Ce trait est d'une extrême délicatesse ; c'est une censure indirecte de la cruauté et de l'insolence que les Lacédémoniens montrèrent dans cette occasion. » — Malheureusement il est impossible de tirer ce sens raisonnable et ingénieux de la phrase grecque, et πλείω ἔπαινον ἔχουσι σωφροσύνης ne veut pas dire louer davantage la modération, mais être loué davantage pour sa modération. Au moins faudrait-il modifier le texte de Platon et lire πλείω ou πλεῖον ἐπαινοῦσι σωφροσύνης, le manuscrit de Munich omettant ἔχουσι. Mais outre qu'une saine critique ne peut admettre des corrections aussi arbitraires, on ne voit pas que les Athéniens, dans la campagne de Sicile, aient mérité le moins du monde que l'on célébrât leur σωγροσύνη, même dans un panégyrique.

PAGE 206. — Ils ne sont pas si éloignés et n'appartiennent pas à une autre génération...

Οὐ γὰρ πάλαι οὐδε πολλῶν ἀνθρώπων γεγονότα. BEKΚER, p. 396.

Le manuscrit de Munich donne πρὸ πολλῶν ἐτῶν