Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/943

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ils ne font pas les figures et les nombres, mais ils cherchent ce qui existe déjà, et ne sachant pas se servir de leurs découvertes, les plus sages les donnent aux dialecticiens , afin qu'ils les mettent en usage.

Schleiermacher fait remarquer ici la tendance platonicienne de soumettre les sciences mathématiques à la philosophie spéculative. PAGE 399. — Mon cher Criton, n'y avait-il pas là quelque esprit supérieur qui prononça ces paroles ?

Ἀλλ', ὦ δαιμόνιε Κριτὼν, μή τις τῶν κρειττόνων παρὼν αὐτὰ ἐφθέγξατο; BEKKER, p. 431.

Heindorf n'hésite point à entendre τις τῶν κρειττόνων dans le sens ordinaire , un dieu. Schleiermacher trouve que cette manière de désigner Socrate est sans délicatesse et indigne de Platon , et il traduit par ein ganz Anderer. N'osant pas trop nous prononcer, nous avons choisi une expression qui, à la rigueur, se prête aux deux sens, comme le grec lui-même.

PAGE 404. — Au lieu de : Il nous arrive donc, comme on dit, de rabâcher toujours la même