Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/949

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


phismes le titre de sophismes παρὰ τὴν ὁμωνυμίαν, sophismes qui reposent sur le double sens d'un mot.

PAGE 411. — Sur l'obligation que les sophistes imposaient à leurs adversaires de ne répondre que oui, non, XVII, 2, 3 ; edit. Bip., 586.

PAGE 416. — Ton père est père de tous les hommes, etc., de tous les animaux, etc., tu as pour père un chien, etc. V, 2, 3 ; XXIV, 1, 2 ; ed. B., 532, 533, 534-— 610, 611.

PAGE 417. — Ne crois-tu pas que ce soit un bien à un malade, etc. IV ; ed. B., 529.

PAGE 420. — Il est impossible de parler quand on ne dit rien. IV, 6 ; X, 8 ; ed. B., 528. — 559.

PAGE 422. — Ainsi le même n'est-il pas le même, et ce qui est autre n'est-il pas autre ? XVII, 11 ; ed. B., 528.

PAGE 423. — Celui qui fait ce qui convient fait bien, XIX, 4 ; ed. B., 597.

PAGE 425. — Πύπαξ ὦ Ἡρακλεῖς, IV, 8 ; ed. B., 530.