Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


HERMOGÈNE.

Oui certes.

SOCRATE.

Le discours vrai sera celui qui dit les choses comme elles sont, le faux comme elles ne sont pas.

HERMOGÈNE.

Oui.

SOCRATE.

Il est donc possible de dire par le discours ce qui est et ce qui n’est pas[1].

HERMOGÈNE.

Sans contredit.

SOCRATE.

Se peut-il qu’un discours soit vrai dans son entier et ne le soit pas dans ses parties ?

HERMOGÈNE.

Non, ses parties sont vraies aussi.

SOCRATE.

Toutes ses parties, ou bien les plus grandes seulement, et non les plus petites ?

HERMOGÈNE.

Toutes à mon avis.

  1. Allusion à une subtilité des sophistes, particulièrement de Protagoras, qui soutenaient l’impossibilité dédire comme de faire ce qui n’est pas, d’où ils concluaient que nul discours ne saurait être faux. Cette argutie, célèbre chez les anciens, est développée dans l’Euthydéme, p. 385 de la traduction française, t. IV.