Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉTRANGER.

Et il n’y a qu’un instant j’ai dit encore qu’il est insaisissable au langage, à la parole, au raisonnement. Suis-tu bien ?

THÉÉTÈTE.

Très bien ; nulle difficulté.

L’ÉTRANGER.

Ainsi, en attribuant l’être au non-être, j’ai contredit ce que j’avais précédemment établi ?

THÉÉTÈTE.

Évidemment.

L’ÉTRANGER.

Mais quoi, en lui attribuant et l’être et l’unité, n’en parlais-je point ?

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

Donc tout en disant qu’on ne pouvait ni en raisonner, ni en parler, ni l’exprimer, j’en raisonnais comme de quelque chose d’un.

THÉÉTÈTE.

Il est vrai.

L’ÉTRANGER.

Et pourtant nous sommes convenus que pour parler avec justesse, il ne faut le désigner ni comme un, ni comme plusieurs, ni même de nommer; car nommer une chose, c’est déjà la désigner comme une.