Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉÉTÈTE.

Comment ?

L’ÉTRANGER.

Ce que nous attribuons en commun au repos et au mouvement, ne peut être ni le repos ni le mouvement.

THÉÉTÈTE.

Et pourquoi ?

L’ÉTRANGER.

C’est qu’alors et le mouvement se mettra en repos et le repos en mouvement; car si l’un des deux, quel qu’il soit, tient de tous deux, l’autre sera forcé de se changer dans le contraire de sa nature, puisqu’il participe de ce contraire.

THÉÉTÈTE.

Évidemment.

L’ÉTRANGER.

Or tous deux participent du même et de l’autre.

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

Ne disons donc pas que le mouvement est le même ou l’autre, ni le repos non plus.

THÉÉTÈTE.

Soit.

L’ÉTRANGER.

Mais peut-être devrons-nous considérer l’être et le même comme ne faisant qu’un ?