Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉTRANGER.

Ainsi, le non juste doit être assimilé au juste sous ce rapport que l’un n’existe pas moins que l’autre.

THÉÉTÈTE.

Évidemment.

L’ÉTRANGER.

Et nous en dirons autant du reste, dès que l’autre nous a paru être au nombre des êtres; s’il existe, il faut admettre que ses parties n’existent pas moins.

THÉÉTÈTE.

Nécessairement.

L’ÉTRANGER.

Ainsi apparemment l’opposition entre une partie de l’autre et l’être, mis en regard l’un de l’autre, n’existe pas moins, si j’ose le dire, que l’être lui-même, et cette opposition ne représente point le contraire de l’être, mais seulement quelque chose d’autre que lui.

THÉÉTÈTE.

Rien de plus clair.

L’ÉTRANGER.

Or, quel nom lui donnerons-nous ?

THÉÉTÈTE.

Évidemment c’est là le non-être que nous cherchions en cherchant le sophiste.

L’ÉTRANGER.

Est-il vrai, comme tu le disais, qu’il ne le cède du