Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


discours, c’est de disloquer ainsi toutes choses ; car c’est à l’enchaînement des idées entre elles que nous devons le langage.

THÉÉTÈTE.

Il est vrai.

L’ÉTRANGER.

Vois combien nous nous y sommes pris à propos pour combattre ceux qui ont cette prétention, et les forcer de consentir au mélange d’une chose avec une autre.

THÉÉTÈTE.

Mais dans quel but ?

L’ÉTRANGER.

C’est que le langage humain est aussi un des genres qui existent. Si. nous en étions privés, le plus grave résultat serait d’abord pour nous d’être privés de toute philosophie : mais ici il faut en outre que nous nous entendions un peu sur ce que c’est que le langage. Si nous le supprimons absolument, nous ne pourrons plus rien dire : or ce serait le supprimer absolument que d’accorder qu’il n’y a aucun mélange d’une chose avec une autre chose.

THÉÉTÈTE.

Pour ceci, c’est fort juste; mais je ne vois pas bien pourquoi nous avons besoin de nous entendre sur ce qu’est le langage.