Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉTRANGER.

Tu le verras mieux sans doute en me suivant par ici.

THÉÉTÈTE.

Par où ?

L’ÉTRANGER.

Le non-être noua est apparu comme l’un de ces genres dont nous parlions, et répandu dans tous les êtres.

THÉÉTÈTE.

Oui.

L’ÉTRANGER.

Or, il nous reste à considérer s’il se mêle à l’opinion et au discours.

THÉÉTÈTE.

Pourquoi ?

L’ÉTRANGER.

S’il ne s’y mêle point, il s’ensuit que tout sera vrai ; s’il s’y mêle, l’opinion et le discours seront faux ; car penser ou dire le non-être, c’est proprement se qui fait le faux dans l’esprit et dans le discours.

THÉÉTÈTE.

Il est vrai.

L’ÉTRANGER.

Or, s’il y a du faux, il y a aussi de l’erreur.

THÉÉTÈTE.

Oui.