Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/456

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'ÉTRANGER.

Considère encore ce qui suit. Lorsque l’année sera «accomplie pour chacun de ces magistrats, il faudra établir des tribunaux dejuges, ou choisis exprès parmi les riches ou nommés par le sort d’entre tout le peuple, faire comparaître devant eux ceux qui ont été magistrats et leur demander compte ; et que le premier qui le voudra puisse les accuser de n’avoir pas cette année dirigé les vaisseaux suivant les lois écrites ou les anciennes coutumes des ancêtres. De même aussi pour ceux qui traitent les malades. Et, en cas de condamnation, ce sera aux mêmes juges de décider quelle peine ou quelle amende devront subir les condamnés.

LE J. SOCRATE.

Et celui qui se serait arrogé de son propre gré une pareille magistrature, quelque peine et quelque amende qu’on lui inflige, on le fera en toute justice.

L'ÉTRANGER.

Il faudra de plus établir sur toutes ces matières une loi telle, que si l’on découvre quelqu’un qui s’occupe, sans se tenir aux règles écrites, de recherches sur la marine et l’art du pilote, ou sur le gouvernement de la santé et les vrais principes de la médecine, à l’égard de l’air, des vents, du froid ou du chaud, et qui prétende faire