Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/466

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE J. SOCRATE.

Comment ?

L'ÉTRANGER.

Nous avons dit que de la monarchie naissent la royauté et la tyrannie, du gouvernement du petit nombre l’aristocratie avec son nom d’heureux augure, et l’oligarchie : quant à celui de la multitude, nous ne l’avons nommé que d’un seul nom, démocratie ; mais maintenant il faut aussi le partager en deux.

LE J. SOCRATE.

Comment donc ? Et quelle division adopter ?

L'ÉTRANGER.

La même absolument que pour les autres, lors même que nous n’aurions pas ici deux noms pour l’exprimer. Car, dans ce gouvernement, aussi bien que dans les autres, il y a une différence entre gouverner selon les lois et gouverner contrairement aux lois.

LE J. SOCRATE.

Certainement.

L'ÉTRANGER.

Quand nous étions à la recherche du gouvernement parfait, cette division était inutile, comme nous l’avons montré précédemment. Mais maintenant que nous l’avons reconnu, et que nous avons établi la nécessité des autres gouvernemens, nous divisons chacun de ces