Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L'ÉTRANGER.

Quant aux autres liens purement humains, une fois ce lien divin établi, il n’y a presque plus de difficulté ni à comprendre quels ils sont, ni à les former, quand on l’a compris.

LE J. SOCRATE.

Comment ? De quels liens veux-tu parler ?

L'ÉTRANGER.

J’entends ceux qui résultent de l’union des sexes et de la communauté des enfans, et particulièrement des établissemens et des mariages. Car, sous ce rapport, le plus grand nombre n’est pas uni d’une manière favorable pour la génération des enfans.

LE J. SOCRATE.

Comment donc ?

L'ÉTRANGER.

Ceux qui, en pareille affaire, cherchent l’argent, et le pouvoir, méritent-ils même qu’on prenne la peine de les blâmer sérieusement ?

LE J. SOCRATE.

En aucune façon.

L'ÉTRANGER.

Il vaut mieux parler de ceux qui portent leur attention sur les caractères, et voir s’ils ne font rien à contre-sens.

LE J. SOCRATE.

Cela vaut mieux en effet.