Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/615

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


part à l'être, n'appelles-tu pas cela naître? — Oui. -- Et l'abandonner, n'est-ce pas- périr?— Certainement. — Dans ce cas, l'un, prenant et laissant l'être, naît [156b] et périt. — Nécessairement. — Or, étant un et multiple, puis naissant! et périssant, ne périt-il pas comme multiple, lorsqu'il devient un, et comme un, lorsqu'il devient multiple? — Oui. — Quand il devient un et multiple, n'est-il pas nécessaire qu'il se divise et qu'il se réunisse? — Sans aucun doute, — Quand il devient semblable et dissemblable, il faut qu'il ressemble et qu'il ne ressemblé pas. — Oui. - Et quand il devient plus grand, plus petit et égal, il faut qu'il augmente, qu'il diminue, et qu'il s'égalise ? — Encore. [156c] — Et lorsqu'il change du mouvement au repos et du repos au mouvement, est-il possible que ce soit dans le même temps? — Non, évidemment. — Se reposer d'abord, puis se mouvoir, ou d'abord se mouvoir et se reposer ensuite, tout cela peut-il se faire sans, changement? -- Comment serait-ce possible ? -- Il n'y a aucun temps où une chose puisse être à la fois en mouvement et en repos.-— Non. ; — Et rien ne change sans être dans le changement. -- Bien. — Quand donc a lieu le changement? car on ne change ni quand on est en repos, ni quand on est en mouvement, ni quand [156d] on est dans le temps. — Certainement non.— Ce où l'on est quand on change, n'est-