Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/864

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’autre. Bekker, p. 70 : et εἴ γὰρ ὅμοια ϰαὶ ἀνόμοια αὐτὰ ἐν ἑαυτοῖς ὁμοιότητα ϰαὶ ἀνομοιότητα, δύο που εἴδη ἐναντία ἀλλήλοις ἔχοι ἂν ἐν ἑαυτοῖς (ei gar homoia kai anomoia auta eiê, he echoi en heautois homoiotêta kai anomoiotêta, duo pou eidê enantia allêlois echoi an en heautois), etc.


Les manuscrits ont, les uns (ê) les autres (). Schleiermacher défend la première leçon ; Heindorf et Bekker ont adopté la seconde. À la réflexion, je me range à ce dernier avis, et je profite de l’occasion pour refaire ici la traduction de cette phrase : « Car, si elles étaient elles-mêmes semblables et dissemblables, en tant qu’elles auraient en elles-mêmes de la ressemblance et de la dissemblance, elles auraient en elles deux idées contraires entre elles. »


Page 86. — Nous ne dirons pas non plus que ce qui n’est en aucune manière soit en repos ; car ce qui est en repos doit toujours être le même dans le même lieu. Bekker, p. 79 : τὸ γὰρ ἑστὸς ἐν τῷ αὐτοῷ τινὶ δεῖ ἀεί εἶναι (τῷ αὐτοῷ) (to gar hestos en tô autô tini dei aei einai (tô autô)).


Cette répétition τῷ αὐτοῷ (tô autô) est intolérable, et Bekker la retranche, en la mettant entre crochets. Heindorf s’arrête après εἶναι (einai), et attribue τῷ αὐτοῷ (tô autô) à l’autre interlocuteur, en ajoutant ἐν : Ἐν τῷ αὐτοῷ.—Πῶς γὰρ οὔ (en : En tô autô.—Pôs gar ou) ; Mais quelques manuscrits donnent la leçon τῷ αὐτοῷ (tô autô). Schleiermacher l’a préférée à la correction un peu forte d’Heindorf, et, avec Ast, j’ai suivi ce parti comme le plus naturel.