Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/877

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec raison que ce passage est beaucoup plus simple qu’on ne l’a cru jusqu’ici. Dans le système pythagoricien, il faut deux surfaces pour faire un solide ; si deux surfaces peuvent être unies par un seul terme intermédiaire, il faudra deux termes intermédiaires pour unir deux solides, et l’union sera encore plus parfaite si la raison des deux proportions est la même. La géométrie ne paraît ici que pour rendre l’explication plus manifeste, et Platon n’a pas songé à donner à sa phrase une rigueur mathématique.

Nous venons de voir ce que les critiques ont appelé le rapport géométrique des éléments, elementis ratione geometrica concinnatis, dit Boeckh ; voici maintenant la formation de l’âme du monde.

Page 125-128. Dieu divise d’abord l’essence en 7 parties, qui forment deux progressions, dont l’une a pour raison 2, et l’autre 3. Macrobe, dans le Songe de Scipion, dispose ainsi ces deux progressions en mettant en regard l’un de l’autre les termes corrélatifs de chacune :


Schema-chiffres-romains-timee-trad-cousin-p877.jpg

Les commentateurs ont donné, de ce nombre 7