Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/907

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Newton aurait-il fait difficulté de prendre ce passage comme la dernière expression du vrai but et de la vraie direction de ses recherches ?


Page 197. — D’abord le plaisir, le plus grand appât du mal ; puis la douleur, qui fait fuir le bien ; l’audace et la peur, conseillers imprudents ; la colère implacable ; l’espérance, que trompent aisément la sensation dépourvue de raison et l’amour qui ose tout. Bekker, p. 97 : πρῶτον μὲν ἡδονήν, μέγιστον ϰαϰοῦ δέλεαρ, ἔπειτα λύπας, ἀγαθῶν φυγάς, ἔτι δ’αὖ θαῤῥος ϰαὶ φόϐον, ἄφρονε ξυμϐούλω, θυμὸν δὲ δυσπαραμύθητον, ἐλπίδα δ’εὐπαργωγον αἴσθήσει τε ἀλόγω ϰαὶ ἐπιχειρητῇ παντὸς ἔρωτι.