Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/926

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

les uns envers les autres à cause de leur parenté commune avec la divinité ? Je tiens pour ce dernier sens, qui s’accorde mieux avec ce qui suit : que les habitants de l’Atlantide finirent par rompre la concorde qui faisait leur force, φιλίας τῆς ϰοινῆς et par s’abandonner à l’injustice, à la passion de l’argent et de la puissance, πλεονεξίας ἀδίϰου ϰαὶ δυνάμεως ἐμπιπλάμενοι.

Page 275. — Et, lorsqu’ils furent tous réunis, il leur dit. Bekker, page 174 ; ϰαὶ ξυναγείρας εἶπεν.

Ficin, et avec lui presque tous les éditeurs et traducteurs, supposent que Jupiter prononce ici un discours direct, comme Dieu dans le Timée : sic est exorsus, et cela est probable ; mais cela n’est pas certain. Le mot qui termine le Critias, εἶπεν, pouvait amener un discours indirect tout aussi bien qu’une allocution en forme.

J’ai joint au Timée et au Critias un écrit qui doit en être considéré comme un résumé clair et même agréable ; je veux parler de l’ouvrage attribué à Timée de Locres sur l’âme du monde et sur la nature. Ce n’est sans doute qu’un écrit apocryphe, sorti, comme tant d’autres, de cette officine de contrefaçons, de cette fabrique d’archaïsmes en tout genre établie à Alexan-