Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome III, 1.djvu/120

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
346 b
67
PROTAGORAS

effort pour louer ; et si quelque injustice de leurs parents ou de leur patrie les irrite, ils tâchent de se calmer, de se réconcilier ; ils vont jusqu’à s’imposer à eux-mêmes des sentiments d’amitié et des paroles de louange à leur égard.

« Il a dû, je pense, arriver souvent à Simonide lui-même de louer et de célébrer quelque tyran en ayant conscience de le faire non de son plein gré, mais par nécessité. C’est pour cela qu’il dit à Pittacos[1] : « Si je te blâme, ce n’est pas que je cherche l’occasion de blâmer » : car

Il me suffit qu’un homme ne soit pas par trop mauvais
Ou par trop incapable, mais que, d’une âme saine, il connaisse la justice utile aux cités.
Celui-là, je ne le raillerai pas, car je ne suis pas un railleur.
La race des sots n’est-elle point innombrable ?

si bien que ceux qui aiment à blâmer peuvent y trouver de quoi satisfaire leur goût.

Tout est bon quand le honteux ne s’y mêle pas.

« Simonide ne dit pas cela comme il dirait que tout est blanc quand le noir ne s’y mêle pas ; car ce serait assez ridicule ; ce qu’il veut dire, c’est que le juste milieu lui suffit pour qu’on soit à l’abri de son blâme. « Je ne cherche pas, dit-il, l’homme exempt de toute faiblesse, parmi nous tous qui mangeons les fruits de la vaste terre : si je le trouve, j’irai vous le dire. » Pour ce qui est de la perfection, je ne louerai donc personne ; mais il me suffit d’une qualité moyenne, qui ne soit pas tout à fait mauvaise : « J’aime et je loue tout le monde », et en cet endroit il use du dialecte de Mitylène parce qu’il s’adresse à Pittacos, « Je loue et j’aime tout le monde volontiers (car c’est à cette place, après volontiers, qu’il faut couper la phrase), pourvu qu’on ne fasse rien de honteux, » mais il y a des gens que je loue et que j’aime à regret. Toi-même donc, Pittacos, si tu disais une chose moyennement juste et vraie, je ne te blâmerais pas. Mais, parce que tu

  1. Simonide disait sans doute simplement : « Je ne critique point à plaisir. » En supposant la phrase adressée à Pittacos, Socrate brouille tout (et de même à 346 e, lorsqu’il revient sur son interprétation erronée du mot volontiers).