Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


m’aviez si mal caressé les genoux. (Bas à Liban.) Allons, amuse-toi d’elle à ton tour et embrasse-la.

LIBAN. Tais-toi et regarde.

ARGYRIPPE. Eh bien, ma Philénie, approchons ; c’est un brave homme, lui, et qui ne ressemble guère à ce coquin.

LIBAN, à part. Promenons-nous ; ils me supplieront l’un après l’autre.

ARGYRIPPE. Je t’en prie, Liban, si tu veux être le sauveur de ton maître, donne-moi ces vingt mines ; amour et pauvreté, tu le vois, c’est mon lot.

LIBAN. Nous verrons, je ne demande pas mieux ; revenez sur la brune. Et puis dites à cette belle enfant de venir me présenter sa requête.

PHILÉNIE. Que faut-il pour te fléchir ? de l’amitié ? un baiser ?

LIBAN. L’un et l’autre.

PHILÉNIE. Je t’en conjure, sauve-nous tous les deux.

ARGYRIPPE. Liban, mon cher patron, donne-moi cela. C’est à l’affranchi plutôt qu’au maître à porter les paquets.

PHILÉNIE. Cher Liban, ma petite prunelle d’or, la perle des amours, tiens, je ferai tout ce que tu voudras, mais donne-nous cet argent.

LIBAN. Appelle-moi donc ton petit canard, ta colombe, ton petit chien, ton hirondelle, ta corneille, ton passereau, ton poupon. Change-moi en serpent, que je sente deux langues dans ma bouche, et jette-moi tendrement les deux bras autour du cou.

ARGYRIPPE. Qu’elle t’embrasse, bourreau !

LIBAN. La belle affaire ! Vous, pour vous apprendre à me parler si malhonnêtement, vous allez me porter sur votre dos, à moins que vous ne teniez pas à avoir l’argent.

ARGYRIPPE. Moi te porter !

LIBAN. Autrement, vous n’aurez rien de moi.

ARGYRIPPE. Ah ! je suis à bout ! Quelle indignité ! un maître servir de monture à son esclave ! Allons, grimpe.

LIBAN. Et voilà comme on rabat l’orgueil de ces personnages. Tenez-vous donc comme quand vous étiez enfant ; comprenez-vous ? là, comme cela. Bien, je suis content ; on aurait de la peine à trouver un cheval plus docile.

ARGYRIPPE. Monte vite.

LIBAN. M’y voilà. Eh bien, qu’est-ce à dire ? On va, au pas ! Eh ! qu’on prenne le trot, si on veut avoir toute sa ration d’orge.