Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nions pas ; mais si nous vous allongions vingt mines, comment nous appelleriez-vous ?

ARGYRIPPE. Mes affranchis ?

LÉONIDAS. Pourquoi pas vos patrons ?

ARGYRIPPE. Ce serait mieux.

LÉONIDAS. Les vingt mines sont là, dans cette sacoche. Si vous les voulez, je vous les donnerai.

ARGYRIPPE. Que les dieux te conservent à jamais, sauveur de ton maître, honneur du peuple, trésor des trésors, joie de mon cœur, roi des amours ! Mets vite cette sacoche sur mon épaule, là, comme il faut.

LÉONIDAS. Fi ! je ne souffrirai pas que mon maître porte un pareil fardeau.

ARGYRIPPE. Eh ! ne te fatigue pas davantage, laisse-moi faire.

LÉONIDAS. Je la porterai ; vous, marchez devant, les mains vides, comme il sied à un maître.

ARGYRIPPE. Eh bien, voyons, ton maître attend le fardeau.

LÉONIDAS. Dites à celle à qui je la donnerai de me la demander. Pour moi, je suis tout disposé à la placer comme il faut, suivant votre désir.

PHILÉNIE. Donne, prunelle de mes yeux, joli bouton de rose ; allons, mon petit cœur, mon cher bijou, donne-moi cet argent, ne sépare pas deux amants.

LÉONIDAS. Eh bien, appelle-moi ton passereau, ton poulet, ton tourtereau, ton agneau, ton chevreau, ton petit veau ; prends-moi par les deux oreilles, et colle tes lèvres aux miennes.

ARGYRIPPE. Qu’elle t’embrasse, bourreau !

LÉONIDAS. La belle affaire ! Eh donc, alors, vous n’aurez rien, si vous ne me caressez les genoux.

ARGYRIPPE. Il faut tout avaler quand on est pauvre. (À Philénie.) Caresse donc.

PHILÉNIE. Et maintenant, donne, je te prie. De grâce, mon Léonidas, sauve ton maître et mon amant. Affranchis-toi par ce bienfait, assure-toi son amitié avec cet argent.

LÉONIDAS. Que vous êtes aimable et jolie ! certes, si l’argent était à moi, je céderais bien vite à votre prière. Mais (montrant Liban) c’est avec celui-ci qu’il faut vous entendre. Il me l’avait donné à garder. Allez, ma belle, allez bellement. (À Liban, en lui donnant la sacoche.) Tiens, Liban.

ARGYRIPPE, à Léonidas, Bourreau, tu t’es moqué de moi ?

LÉONIDAS, à Philénie. Je n’aurais pas fait cela, si vous ne