Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ARGUMENT.

Jupiter emprunte les traits d’Amphitryon occupé à faire la guerre aux Téléboens, et surprend les faveurs d’Alcmène. Mercure a pris la figure de l’esclave Sosie, qui est absent aussi. Alcmène est trompée par cette double ruse. Le véritable Amphitryon et le véritable Sosie, à leur retour, sont joués de la manière la plus plaisante. De là querelles et troubles entre la femme et le mari, jusqu’au moment où Jupiter, faisant entendre sa voix dans le ciel, au milieu des tonnerres, avoue qu’il a usurpé les droits de l’époux.


AUTRE ARGUMENT[1].

Jupiter, épris d’Alcmène, emprunte les traits d’Amphitryon son mari, occupé à combattre les ennemis de la patrie. Mercure le sert sous les traits de Sosie, et se joue de l’esclave et du maître à leur arrivée. Amphitryon querelle sa femme ; Jupiter et lui s’accusent réciproquement d’adultère. Blépharon, pris pour juge, ne peut décider lequel des deux est Amphitryon. Enfin tout s’éclaircit ; Alcmène accouche de deux jumeaux.


________
  1. Cet argument, qui est acrostiche, est attribué au grammairien Priscien.