Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HÉGION. Peu m’importe, je veux aller près de lui Tyndare, à part. Allons, me voilà perdu sans remède. Je suis entre l’autel et le couteau, et ne sais vraiment que devenir.

HÉGION. Je t’écoute, Aristophonte, si tu as quelque chose à me dire.

ARISTOPHONTE. Vous entendrez de moi, Hégion, la vérité que vous prenez en ce moment pour un mensonge. Mais je veux d’abord me justifier à vos yeux de cette accusation de folie, et vous dire que je n’ai pas d’autre mal que la servitude. Puisse le roi des dieux et des hommes me rendre à ma patrie, aussi vrai que ce drôle n’est pas plus Philocrate que vous ou moi !

HÉGION. Eh ! dis-moi, qui donc est-il ?

ARISTOPHONTE. Ce que je vous ai dit tout d’abord. Si vous me prenez à mentir, je consens à demeurer éternellement chez vous, privé de mes parents et de ma liberté.

HÉGION, à Tyndare. Qu’en dis-tu ?

TYNDARE. Je dis que je suis votre esclave et que vous êtes mon maître.

HÉGION. Ce n’est pas cela que je te demande. Étais-tu un homme libre ?

TYNDARE. Oui.

ARISTOPHONTE. Jamais, c’est un conte qu’il vous fait.

TYNDARE. Qu’en sais-tu ? est-ce toi qui as accouché ma mère, pour affirmer avec tant de hardiesse ?

ARISTOPHONTE. Je t’ai vu tout petit quand j’étais moi-même un enfant.

TYNDARE. Et je te vois grand garçon à présent que je suis grand. Mais fais bien attention, ne te mêle pas de mes affaires, si tu as un peu de bon sens. Est-ce que je me mêle des tiennes ?

HÉGION. Son père se nomme-t-il Thésaurochrysonicochrysidès ?

ARISTOPHONTE. Nullement, et c’est la première fois que j’entends ce nom. Le père de Philocrate s’appelle Théodoromède.

TYNDARE, à part. Plus de ressources ! Allons, mon cœur, paix, paix là ! Que la peste te serre, tu ne fais que bondir tandis que l’effroi me fait fléchir sur mes jambes.

HÉGION. Faut-il donc me tenir pour assuré que ce maraud est un esclave d’Élide, et qu’il n’est pas Philocrate ?

ARISTOPHONTE. Certes, on ne vous donnera jamais la preuve du contraire. Mais Philocrate, où est-il maintenant ?