Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTICE SUR LES MÉNECHMES.

On dit que la comédie des Ménechmes est une des œuvres de la jeunesse de Plaute, nous n’en savons rien ; on dit encore que c’est une imitation d’une pièce de Ménandre intitulée les Jumeaux et entièrement perdue : nous l’ignorons également. Ce qu’il y a de certain, c’est que la gaieté de bon goût, sauf quelques traits assez clairsemés, n’est nulle part plus sensible dans Plaute. Les méprises qui se succèdent pendant quatre actes entiers se produisent naturellement et sont amenées sans effort. Les Ménechmes rappellent Amphitryon, mais seulement pour ce fait d’une complète ressemblance entre deux personnages ; dans tout le reste il n ;y a rien de commun. Quoique l’on voie figurer dans les Ménechmes une courtisane et un parasite, gens qui d’ordinaire ne ménagent guère leurs propos, on est étonné de la décence de ton qui règne d’un bout à l’autre de la pièce. C’est assurément une des comédies de Plaute que l’on peut lire et relire avec le plus de plaisir : elle est digne du théâtre de Térence.

La comédie des Ménechmes est celle qui a été le plus souvent imitée sur les scènes modernes. Shakspeare en a tiré (1593) ses Méprises (The Comedy of Errors) ; Rotrou, ses Ménechmes ; Le Noble, ses Deux Arlequins, représentés à la Comédie-Italienne ; mais toutes ces imitations sont effacées par celle de Regnard (1705), qui, moins languissante et plus originale que les précédentes, ne ressemble nullement à une copie servile. Regnard n’a pris à Plaute que cette