Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MÉNECHME. Deux, autant que je puis me rappeler.

MESSÉNION. Lequel était l’aîné ? était-ce vous, ou l’autre ?

MÉNECHME. Nous étions du même âge.

MESSÉNION. Comment est-ce possible ?

MÉNECHME. Nous étions jumeaux.

MÉNECHME SOSICLÈS. Ah ! les dieux me sauvent.

MESSÉNION. Si vous interrompez, je me tais.

MÉNECHME SOSICLÈS. J’aime mieux me taire.

MESSÉNION. Dites-moi, portiez-vous tous deux le même nom ?

MÉNECHME. Pas du tout : moi j’avais, comme aujourd’hui encore, le nom de Ménechme ; lui, on l’appelait alors Sosiclès.

MÉNECHME SOSICLÈS. Je reconnais les signes ; ah! je ne puis me retenir de l’embrasser. Mon frère, mon frère jumeau, salut ! c’est moi qui suis Sosiclès.

MÉNECHME. Comment donc vous a-t-on donné ensuite le nom de Ménechme ?

MÉNECHME SOSICLÈS. Quand on nous eut annoncé que mon père et vous vous étiez morts, mon grand-père changea mon nom et me donna le vôtre.

MÉNECHME. Je le crois, puisque vous me le dites : mais répondez-moi.

MÉNECHME SOSICLÈS. Interrogez.

MÉNECHME. Comment s’appelait notre mère ?

MÉNECHME SOSICLÈS. Theusimarque.

MÉNECHME. C’est cela même. Salut donc, ô mon frère, que je n’espérais plus, et que je revois après tant d’années !

MÉNECHME SOSICLÈS. Salut aussi, vous que jusqu’à ce jour j’ai cherché à travers tant de fatigues et de peines, et que je suis si heureux d’avoir trouvé !

MESSÉNION, à Ménechme Sosiclès. C’est donc cela que cette fille vous appelait du nom de votre frère. Elle vous prenait pour lui, je crois, quand elle vous invitait à dîner.

MÉNECHME. Ah ! c’est que je me suis fait préparer à dîner chez elle aujourd’hui, en cachette de ma femme, à qui j’ai pris tantôt une mante ; je l’ai donnée à l’autre.

MÉNECHME SOSICLÈS. Est-ce, mon frère, cette mante que j’ai là ?

MÉNECHME. Comment se trouve-t-elle dans vos mains ?

MÉNECHME SOSICLÈS. Cette fille m’a emmené chez elle, elle prétendait que je la lui avais donnée ; j’ai bien mangé, bien bu, j’ai couché avec la belle ; puis elle m’a remis la mante avec ce bijou.