Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BLÉPHARON. Je n’en reviens pas. Mais allongeons le pas, car, à ce que je vois, Amphitryon nous attend, et mon ventre gronde, tant il est vide.

AMPHITRYON, sans voir Blépharon et Sosie. Mais pourquoi chercher des exemples étrangers ? Ne raconte-t-on pas sur l’origine des Thébains des choses plus que merveilleuses ? Le héros envoyé à la recherche d’Europe, vainqueur du monstre engendré de Mars, fit naître soudain, en semant, les dents du dragon, des ennemis qui se livrèrent bataille. Le frère heurtait le frère de la lance et du casque. Les champs de l’Épire ont vu ramper l’auteur de notre race et la fille de Vénus[1], métamorphosés en serpents. Ainsi l’a ordonné du haut du ciel le souverain Jupiter ; ainsi le veut le destin. Tous les grands hommes de notre maison, pour prix de leurs brillants exploits, sont en butte aux plus cruels malheurs. Cette destinée pèse sur moi à mon tour ; je devais endurer les coups de l’adversité, épuiser des souffrances qui dépassent les forces de l’homme.

SOSIE. Blépharon !

BLÉPHARON. Qu’est-ce ?

SOSIE. Je crains que cela ne tourne mal.

BLÉPHARON. Comment cela ?

SOSIE. Regardez, le maître de la maison se promène comme un client, devant la porte fermée.

BLÉPHARON. Ce n’est rien ; il marche pour gagner de l’appétit. SOSIE. C’est un habile homme, il a fermé la porte de peur de le laisser échapper.

BLÉPHARON. Que chantes-tu là ?

SOSIE. Je ne chante ni n’aboie. Mais croyez-moi, observez-le. Je ne sais quelle histoire il se débite à lui-même ; d’ici je pourrai entendre ce qu’il dit ; n’avancez pas.

AMPHITRYON, sans voir Blépharon et Sosie. Ah ! je crains bien que les dieux ne veuillent me faire expier ma victoire. Voilà toute ma maison sens dessus dessous ; ma femme infidèle, adultère : son infamie me fera mourir. Mais cette coupe ! c’est étrange ; le sceau était pourtant bien intact. D’ailleurs, elle m’a redit nos batailles, Ptérélas attaqué par moi et bravement immolé de ma main… Bah ! je connais le tour ; c’est un trait de Sosie, qui aujourd’hui encore a eu l’audace de me tenir tête et de me fermer la porte.

  1. Cadmus, Hermione.