Page:Poe - Contes grotesques trad. Émile Hennequin, 1882.djvu/273

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Mais j’atteins tout l’effet de l’imprévu, quand j’écris :

Thrilled me, filled me with fantastio terrors never felt before[1].


LXXIII


« Ceci est bien, dit Épicure, précisément parce que ceci déplaît à la foule. »

« Il y a à parier, dit Chamfort, un des Kamkars de Mirabeau, que toute idée publique, toute convention reçue, est une sottise ; car elle a plu au plus grande nombre. »

« Si proficere cupis, dit le grand évêque africain, primo id verum puta quod sana mens omnium hominum attestatur. »

Mais :
Qui décidera quand les docteurs diffèrent ?

Pour moi, il me semble que de tout temps, les erreurs les plus absurdes ont été tenues pour vraies par la mens omnium hominum. Quant à la sana mens, comment pouvons-nous savoir ce que cela est ?

  1. Le Corbeau : Me remplissait, me pénétrait de terreurs fantastiques inconnues par moi jusqu’à ce jour. Trad. Baudelaire.