Page:Poe - Contes inédits traduction William L. Hughes, Hetzel.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CONTES
INÉDITS
D’EDGAR POE




I

LE RENDEZ-VOUS


Attends-moi là. Je ne manquerai pas de te rejoindre dans ce creux vallon.
Henry King, évêque de Chichester.


Être mystérieux et voué au malheur, troublé par l’éclat de ton imagination, tu as péri dans les flammes de ta propre jeunesse ! Ma mémoire évoque ton image ; tu te dresses encore une fois devant moi, non pas, hélas ! tel que tu es dans la sombre et froide vallée de la mort, mais tel que tu devrais être, gaspillant une existence de splendides rêveries dans une cité de vagues visions, dans ta Venise aimée, dans ce paradis maritime, dont les vastes croisées contemplent avec un sentiment amer et profond les mystères de l’onde silencieuse. Oui, je le répète, tel que tu devrais être.