Page:Poe - Histoires grotesques et sérieuses.djvu/183

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


UN ÉVÉNEMENT À JÉRUSALEM


Intensos rigidam in frontem ascendere canos
Passus erat.

Lucain, — à propos de Caton.
Traduction : Un horripilant cauchemar[1] !


« Hâtons-nous d’aller aux remparts, — dit Abel-Phittim à Buzi-Ben-Lévi et à Siméon le Pharisien, le dixième jour du mois Thammuz, en l’an du monde trois mille neuf cent quarante et un ; — hâtons-nous vers les remparts qui avoisinent la porte de Benjamin, qui est dans la cité de David, et qui dominent le camp des incirconcis. C’est la dernière

  1. Il y a là un calembour indiqué par le mot bore, qui, souligné dans le texte anglais, sert à insinuer boar, un cochon. — C. B.