Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE I.


LE PRINCIPE DE LA CONSERVATION DE L'ÉNERGIE.


______



1. La découverte du principe de l'équivalence. — Il est difficile de dire à qui appartient l'honneur d'avoir découvert le principe de l'équivalence de la chaleur et du travail mécanique.

Sadi Carnot semble l'avoir reconnu vers la fin de sa vie ; mais ses recherches sur ce sujet, consignées dans des Notes manuscrites publiées seulement dans ces dernières années, restèrent longtemps ignorées et ne furent d'aucun profit pour la Science. Il était réservé à Robert Mayer de le retrouver et de le faire connaître.

Mais, au moment où Mayer énonçait ce principe, Joule était occupé à des expériences qui devaient infailliblement le conduire à sa découverte et qui devinrent la meilleure démonstration de son exactitude. De son côté, Colding, sans avoir connaissance des travaux de Mayer et de Joule, était sur le point d'arriver au même résultat.

Cette simultanéité de recherches, convergeant vers le même but, rappelle la découverte du calcul infinitésimal, découverte à laquelle Newton et Leibnitz possèdent des droits équivalents.