Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


maintenant que, pour une élévation de température , la pression varie de , le volume restant constant. Pour effectuer cette transformation le corps emprunte à ceux qui l'environnent une quantité de chaleur . Ce coefficient est la chaleur spécifique à volume constant.

Comme précédemment cette quantité de chaleur peut se mettre sous une autre forme, qui est ici

25. Chaleur empruntée pendant une transformation élémentaire

Si, pour une élévation de température , le volume spécifique varie de en même temps que la pression varie de la quantité de chaleur empruntée aux corps environnants est, à des infiniment petits près, égale à la somme des quantités trouvées dans les deux cas précédents. Nous avons donc

Remarquons que et sont des fonctions quelconques de et de . La quantité de chaleur n'est donc pas, en général, une différentielle exacte.

26. Représentation géométrique de l'état thermiques d'un corps

Puisque les trois quantités , , sont liées par la relation fondamentale, leurs valeurs sont déterminées quand on connaît les valeurs de deux d'entre elles, et , par exemple, qu'on peut dès lors regarder comme variables indépendantes. Par conséquent, si nous traçons deux axes