Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aurait dû être à l'abri de toute critique, était l'objet de vives attaques.

L'introduction du premier principe devait nécessairement conduire Carnot à des résultats inexacts. Néanmoins leur importance historique est trop grande pour qu'il soit permis de les passer sous silence. D'ailleurs l'étude des premiers travaux de Carnot s'impose à un autre point de vue. C'est à ce double titre que nous les exposerons.

32. Travail correspondant à un coup de piston

Cherchons l'expression du travail correspondant à un coup de piston dans une machine à feu.

Soit le volume de 1 kg du corps C, eau ou autre matière, employé dans cette machine à la production de travail, et soit la pression de ce corps. À la vérité, cette pression n'a pas la même valeur en tous les points du corps lorsque le piston se déplace ; pour qu'il en soit ainsi il faudrait, théoriquement, que le déplacement du piston soit infiniment lent. Nous admettrons cependant que cette pression est uniforme, car autrement la quantité n'aurait aucune signification précise et nous ne pourrions l'introduire dans le calcul. D'ailleurs cette hypothèse n'est pas loin d'être réalisée en pratique.

Représentons géométriquement l'état thermique du corps C. Au premier abord, il semble que la courbe représentative des transformations qu'il subit pendant le fonctionnement de la machine ne puisse jamais être fermée.