Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quoi qu'il en soit de son exactitude elle aurait amené Carnot à découvrir la constance de la différence . En effet, si dans la formule (10) nous remplaçons par sa valeur (12), nous obtenons

égalité dont le second membre se réduit à la constante quand on suppose .

48. Dernières idées de Sadi Carnot

Déjà, dans les dernières pages du Mémoire dont nous venons d'esquisser les principales lignes, Carnot conçoit des doutes sur la légitimité du principe de conservation du calorique.

Parmi les raisons qui l'ont amené à ce doute les expériences de Rumford et de Davy sur le frottement tiennent probablement le premier rang. Mais des raisons d'une autre nature semblent avoir aussi contribuer à ce changement d'idées.

À cette époque la discussion entre les partisans de la théorie de l'émission et les partisans de la théorie des ondulations de la lumière était à sa période aiguë et les arguments de ces derniers commençaient à avoir une portée décisive pour le triomphe de la théorie qu'ils soutenaient. La lumière paraissait donc déjà devoir être considérée comme une manifestation du mouvement moléculaire. D'autre part, des expériences récentes montraient l'identité de la lumière et de la chaleur rayonnante ; cette dernière devait donc également provenir d'un mouvement. Il devenait dès lors naturel de considérer l'état thermique d'un