Page:Poincaré - Thermodynamique (ed. 1908).djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous avons déjà dit que, dans ses dernières recherches, Sadi Carnot trouvait 370 pour l’équivalent mécanique de la chaleur ; la faible différence entre ce nombre et celui de Mayer fait supposer que Carnot l’a obtenu par la même formule.

66. Expériences de Joule sur la détente des gaz

Mais la démonstration que nous venons de donner de cette formule suppose que les chaleurs spécifiques et sont des constantes. Pour cette hypothèse est vérifiée, au moins pour l’air, par les expériences de Regnault ; mais il n’en est pas de même pour , puisque le rapport qui détermine cette dernière quantité est mal connu. D’ailleurs des expériences de M. Berthelot sur les mélanges explosifs montrent que augmente avec la température. Pour les gaz, comme l’oxygène et l’azote, reste sensiblement constant jusqu’à 1600° ; au delà de cette température est lié à la température par une formule de la forme


est un coefficient positif. Pour le chlore, augmente à partir de 200° ; il est vrai que ce gaz s’écarte sensiblement de la loi de Mariotte que nous avons supposée applicable au gaz considéré. L’exactitude de la formule (2) pourrait donc être mise en doute s’il n’était possible de retrouver cette formule en s’appuyant sur des expériences d’une grande précision : les expériences de Joule.

Deux récipients A et A’ sont plongés dans un calorimètre et communiquent par un robinet R (fig. 9) ; dans l'un, A,