Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les hommes, allant à la chasse,
Les femmes — la petite classe —
Cuisinaient, comme de raison
Si l’on peut dire… à la maison.
Et quand ils en rencontraient une,
D’une habileté peu commune
À préparer les aliments,
Ils l’épousaient dans le moment,
Après un discret fleuretage.
Et voilà pour le mariage.

Puis, de jour en jour, nos aïeux
Devenant plus ingénieux,
Ils imaginèrent la cave,
Pour conserver le vin au frais.
La cuisine vint tôt après,
D’un intérêt tout aussi grave.
Pour quant à la chambre à coucher,
Ils ne songeaient à l’ébaucher.
À cet âge d’or dont je parle,
On… dormait partout, mon vieux Charle.

C’est donc, qui pourrait le nier ?
Par la cuisine et le cellier
Que débuta l’Architecture.
Plus tard, grandissant en culture,
L’enthousiasme des festins
Inspira le chant, l’éloquence,