Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Du Panthéon jusqu’à Courcelles,
Bistro prévaut chez nos poilus ;
Et Monsieur Pierre Decourcelles
N’en a pas l’étrenne non plus.

Va, l’ami, mets ton vin en perce.
Sois tranquille, ce mot « bistro »
N’attaque toi ni ton commerce,
Pourquoi crier comme un blaireau ?

Je dis bistro comme je chante…
Comme je dirais cabaret…
Mais quoi ! le mot bistro m’enchante.
Je lui trouve un air guilleret,

« Mastroquet » depuis peu se range,
« Chand de vins » me semble commun
Et c’est bistro qui tout arrange.
Je dirai même que plus d’un

De tes confrères n’est pas digne
De ce noble nom de bistro,
Qui me fait du jus de la Vigne
On ne sait quelle orde et bistre eau.

Tandis toi, commerçant modèle,
Tu te fais sans doute un devoir
De n’offrir à ta clientèle
Que du vrai vin sur ton comptoir.