Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je veux bien que pour les patrons
Ce supplément de biberons
Soit une appréciable aubaine ;
Mais les clients habituels,
Quotidiens, essentiels,
C’est ceux-là qui n’ont pas de veine !

Voyez comme ils ont l’air marri.
Ils n’ont pas leur coin favori.
Il est pris par une famille.
Et leur manille, alors ?… Bonsoir !
Ils pourraient boire sans s’asseoir,
À la rigueur, mais… la manille ?

Et les clients affluent toujours.
L’atmosphère, sans nul recours,
Devient irrespirable, immonde.
Est-ce que, d’ailleurs, un café,
Serait-il dix fois occupé,
A jamais refusé du monde ?

L’huis ne cesse donc de s’ouvrir,
Et les courants d’air de courir.
Le patron, tout à sa recette,
Installe les nouveaux clients
Sur vos genoux conciliants…
Il vous en mettrait sur la tête.