Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Et d’ailleurs, qu’on ne devait pas,
Malgré la soif contraire,
Boire en dehors de ses repas,
Si ce n’est de l’eau claire…

« Que si leur raison se noyait
En de sales guinguettes,
En revanche, on ne les voyait
Jamais donner aux quêtes…

« Enfin, qu’au lieu de dépenser
Tout leur « décompte » à boire,
Ils feraient mieux le lui verser,
Pour s’offrir un ciboire… »

Et patati, et patata…
Il parla sur ce thème,
Trois quarts d’heure au moins, tempêta
Et lança l’anathème ;

En l’entrelardant de latin
Que l’on cuisine à Rome,
Et citant du Saint Augustin
Avec du Saint Jérôme.

Or, tout près de moi, j’entendis,
Après cette tirade,
Un de ces mathurins maudits
Dire à son camarade :