Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sache qu’une bouteille
N’est, sans du jus de treille,
Qu’un récipient vain.
Pour qu’elle soit chrétienne,
Il faut qu’elle contienne
Superbement du Vin !

C’est là, tu peux m’en croire,
En ce séjour de gloire,
Que, trônant au milieu,
Tu vois, non la Madone,
— Qu’elle me le pardonne —
Mais bien le Seigneur Dieu !

Pour quant à ta bouteille,
En dépit, sotte vieille,
De tout l’Épiscopat,
Il n’y saurait paraître
Que le Diable, ton maître,
T’appelant au Sabbat.