Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mieux que ça, loin de m’inspirer
Une terreur moyenâgeuse,
Je dis qu’il faut bien augurer
De cette belle voyageuse.

Vous verrez comme elle sera
Bénigne entre les plus bénignes ;
Et comme elle influencera
De la bonne façon nos vignes !


1910