Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je suis placé derrière toi,
Nos attitudes sont les mêmes ;
On pourrait croire que tu m’aimes,
En te voyant si près de moi.

Laisse tomber ton alliance,
Et prends ma bague en rougissant :
Un bon vieux prêtre ici consent
À nous bénir sans défiance.

Si je mettais un long baiser
Dans ton cou blanc qui se dérobe ?
Car tu me touches de ta robe,
Et ton parfum vient me griser.

Ton corps va bien à ta toilette.
Tu t’habilles absolument
Comme si j’étais ton amant ;
Mais trop épaisse est ta voilette…

Jésus qui saigne étend ses bras,
Courbe ton front sous l’homélie ;
Et, puisque tu ne m’aimes pas,
Demande à Dieu que je t’oublie.