Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un mot perfide, tout ensemble,
Peut affirmer et démentir…
J’entends déjà sa voix qui tremble,
Et j’ai déjà du repentir !

Non ; si j’étais en sa présence,
Le souvenir de ses refus
Réveillerait la malfaisance
Qui dort en l’homme que je fus.

Ce que j’ai pris aux mauvais êtres,
Ce que j’ai vu dans mes remords,
Ce que je dois à mes ancêtres,
Pourris, vivants, moins pourris, morts ;

La bassesse, la fourberie,
Que m’apporta l’hérédité ;
Les fanges que mon sang charrie
Voudraient venger ma vanité.

Je m’offrirais la triste joie
De profaner l’ancien penchant ;
Pareil à ceux que je coudoie,
Je suis médiocre et méchant.