Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66
BEL

René, abbé de Saint-Méen en 1532 puis évêque du Mans † 1546 ; Martin, abbé de Saint-Melaine en 1724, prieur du Combourg en 1727 et évéque de Fréjus en 1759, † 1775. Catte famille s’est alliée aux Bretagne-Avaugour, Rieux, Beaumanoir, Sévigné et Malanoë.


Bellefond (de), voyez Pissonnet.


Belleissue (de la) voyez Nicol.


Bellevue (de), voyez. Fournier.


Bellière (la), vicomté, par. de Pleudihen, év. de Dol.

D’or au chef endenté de sable. (Sceau de 1285).

Cette seigneurie, possédée au XIVe siècle par des juveigneurs du la maison de Dinan, a appartenu successivement depuis aux Botherel, Raguénel de Malestroit, Rieux, Laval, Montjean, Acigné, du Chastel, Rieux et Boiséon. Elle fut acquise en 1674 par les Giraud et a été transmise par alliance aux Collin de Boishamon.


Bellin, sr de la Furtais.

Déb. réf. 1668, ress. de Morlaix.

Bandé d’argent et de gueules de six pièces. (Arm. 1696).

Julien, maire de Morlaix en 1665.


Bellingant (de), sr de Kerbabu, par. de Lannilis, — de Kerambelec, — marquis de Crénan, par. du Fœil, — sr de Kerdouar, par. de Plabennec.

Anc. ext. chev. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1443 à 1534, par. de Lannilis, év. de Léon.

D’argent à trois quintefeuilles de gueules, comme Denis.

Hervé, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guyon épouse, vers 1400, Mahaut de Kermavan. Fondu en 1721 dans Penmarc’h.


Belle-Isle-en-Mer, marquisat en 1573, en faveur du sr de Gondy, renouvelé en 1668 en faveur du surintendant Fouquet, voyez Fouquet.


Belle-Isle (de), en breton Enez-Gaer (d’), sr dudit lieu et de Tropont, par. de Pédernec.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Pédernec et Mousterus, év. de Tréguier.

De gueules au croissant d’argent, accomp. de cinq coquilles d’or. (Sceau 1225).

Voyez Gualès et Guingamp.

Fondu dans Perrien.


Belle-Isle (de), voyez Pepin.


Belleville (de) (orig. de Poitou), sr dudit lieu, — de Montaigu, — de Palluau, — de Chateaumur, — de la Garnache, — de Beauvoir-sur-Mer.

Gironné de vair et de gueules de six (aliàs : de douze) pièces. (Sceau 1342).

La branche ainée fondue dans Clisson, puis Harpedane, qui retinrent les armes de Belleville ; la branche de la Garnache fondue dans Clisson, puis Rohan et Gondy.


Bellissue (de la) voyez Nicol.