Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
151
BOU


Boussemel, sr de la Chesnaye, par. de Gévezé.

Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.


Boussineau (orig. d’Anjou), sr de Chapeau, en Saumurois, — de la Pâtissière, de la Salle et de la Joliverie, par. de Saint-Herblain, — du Boispéan, par. de Frossay, — de la Guilletière.

Maint. réf. 1668, 0 gén., par les privilèges de la mairie de Nantes, et par lettres recognitoires en 1720.

D’azur à trois mondes croisés d’or, cerclés de sable.

Antoine, sr de Chapeau en 1502 père d’Antoine, appelé à l’arrière-ban d’Anjou, en 1542 à 1567 ; André, échevin en charge en 1658 ; un maître des comptes en 1687 ; un maire de Nantes en 1716 ; un lieutenant au régiment de Rohan, fusillé à Quiberon en 1795.

La branche aînée fondue en 1570 dans Le Coq.


Bouteiller (le), sr de la Chesnaye, par. de Roslandrieux, — de Launay, par. de Saint-Père-Marc-en-Poulet, — de la Villeauron, par. de Louvigné-du-Désert, — de Racinoux, — du Boishenry, — de la Bazouge.

Réf. et montres de 1428 à 1480, par. de Roslandrieux, év. de Dol.

Porte une amphore (Sceau 1261) ; aliàs : un écartelé (Sceau 1379).

Cette famille tirait son nom de la charge héréditaire de bouteiller des évêques de Dol, qu’elle exerçait dès le XIe siècle ; Rigual, témoin dans une fondation aux moines de Redon en 1024 ; Hervé, témoin à la fondation du prieuré de Saint-Florent-sous-Dol en 1070 ; Jean, prisonnier au siège de Dol en 1173 ; Hervé, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guillaume, ratifia le traité de Guérande en 1380 et laissa de Philippotte Gouyon, dame des Landes et de Maupertuis : 1º Guillaume, qui continua la branche des seigneurs de la Chesnaye, fondue à la fin du XVe siècle dans la maison de Parthenay ; 2º Jean, sr des Landes, auteur de la branche qui suit.


Bouteiller (le), (ramage des précédents), sr des Landes, par. de Saint-Meloir-des-Ondes, de Maupertuis, par. de Saint-Guinou, — des Blérons, par. de Châtillon, — du Châtenay et des * Haries, par. de Dompierre-du-Chemin, — de Léauville, par. de Landujan, — de la Giraudais.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Saint-Meloir, év. de Saint-Malo, Châtillon en Vendelais, év. de Rennes et Saint-Guinou, év. de Dol.

D’argent à la bande fuselée de sable. Devise : Sine maculis.

Jean, fils puîné de Guillaume, sr de la Chesnaye et de Philipotte Gouyon, dame des Landes et de Maupertuis, chambellan du duc Jean IV en 1392 ; Jean, chevalier de l’Hermine et de l’Épi, ambassadeur du duc François II en Angleterre en 1486, marié à Jeanne de Saint-Hylaire ; Jean, fils des précédents, époux de Marguerite d’Ust, capitaine de Jugon en 1493 ; deux chevaliers de l’ordre depuis 1575.

La branche des Haries a produit un capitaine au régiment de Bourgogne (infanterie) en 1778, l’un des chefs de la conjuration de la Rouerie, colonel dans les guerres de la chouannerie, † 1821