Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
CAR


Cariou, sr de Kerguiniou, de Gouazven, de la Villeneuve et de Saint-Vincent, par. de Ploumilliau, — du Rest, — de Kerilis, — de Roscerf, — des Tourelles, par. de Loqueffret.

Anc. ext. réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1445 à 1543, par. de Ploumiliau, év. de Tréguier.

D'azur à trois molettes d'or. Devise : Urgent stimuli.

Le sr de Kerléan, conseiller au présidial de Quimper en 1696, portait les mêmes armes.


Carluer, sr de Rumedon, — de Rudounou, par. de Camlez.

Déb., réf. 1668, ress. de Lannion.

D'or au lion de gueules (G. le B.).

Un sénéchal de Lannion en 1660.


Caris, sr du Bois-Macé, par. d'Oudon, — de Bougon, par. de Couffé, — de la Béraudière.

Déb., réf. 1669, ress. de Nantes.

D'argent à la bande de gueules, chargée de trois roses d'or ; au chef d'azur.

Pierre, receveur ancien des fouages de l'évêché de Nantes en 1669.

Une famille du même nom employée dans les réformations de 1453 et 1478, paroisse de Saint-Jean-de-Béré, y possédait les maisons des Fougerays, de Malitourne et de la Pérardière.


Carlier (le), (orig. de Picardie, y maint. en 1709), sr d'Herlyes, — de Veslude.

D'argent au lion de sable, parti de sable à la roue d'or. Devise : Ruenne vendigies.

Robert, de la ville de Noyon. licencié ès lois et procureur en la chambre des comptes de Paris, anobli avec Jean son frère, en 1407 ; un page du Roi en 1755 ; une branche fixée en Bretagne a produit au dernier siècle un chef d'escadre, et s'est éteinte de nos jours.


Carme (le), sr des Salles et des Iles, par. de Plouizy.

Réf. 1535, par. de Notre-Dame de Guingamp.

Echiqueté d'argent et de gueules de six tires ; au chef d'or.

Henry, receveur de Guingamp en 1535.

Fondu dans Cresolles puis du Cleuz et en 1785 Kerouartz.


Carmené (de) ou Kermené (de), sr dudit lieu, par de Plessala, — de Bogard, par. de Quessoy, — de Gueyvon, par. de Saint-Vran, — de Quillirien, de la Touche, des Essarts et de Bouchenay, par. de Langast, — de Vauvert et de Cornéan, par. de Plouguénast, — de Brondineuf, par. de Sévignac.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plessala, Langast el Plouguénast, év. de Saint-Brieuc.

De gueules au sautoir d'or.

Gilles, premier échanson de la reine Anne, marié en 1498 à Françoise de Broons, dame de Brondineuf.

La branche ainée fondue dans Le Mintiér et Couppé.

La branche de Brondineuf fondue dans Derval puis en 1715, Saint-Pern.