Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
218
CHA

Champeaux (de), voyez Palasne.


Champeaux (des), sr dudit lieu, par. d’Auverné, — du Greix, par. de Corsept, — de l’Hôpitau, par. de Saint-Cyr-en-Retz, — du Plessis, par. de Saint-Viaud, — de Malnoue, — de l’Abbaye-Blanche, par. de Bourgneuf, — de Trégouët, par. de Béganne.

Ext. réf. 1668, six gén., réf. de 1447 à 1478, par. d’Auverné et Moisdon, év. de Nantes.

D’hermines au lion de gueules, armé et couronné de sable. Devise : Diex le volt.

Guillaume, se dit noble et est débatif, réformation de 1447 ; Jean, son fils, notaire de cour séculière, épouse vers 1460 Renée Meschinot ; un chevalier de l’ordre en 1658.


Champion (orig. de Normandie), baron de Cicé en 1598, par. de Brutz, — sr des Croix, par. de Saint-Martin de Rennes, — de la Chaise, — du Chesneblanc, par. de Saulnières, — de la Jaleuzie et de Kerpond’armes, par. de Guérande, — de Grasbusson, par. d’Acigné, — du Helfaut, par. d’Elven.

Ext. réf. 1668, sept gén., réf. de 1513, par. de Saint-Martin de Rennes et Acigné.

D’azur à trois écussons d’argent, chargés chacun de trois bandes de gueules. Devise : Au plus vaillant le prix.

Jean, originaire de Condé-sur-Vire, anobli aux francs-fiefs en 1470 ; Gilles, épouse en 1524 Jeanne Corsin ; deux procureurs des bourgeois de Rennes, en 1519 et 1557 ; trois chevaliers de l’ordre depuis 1572 ; quatre conseillers au parlement, depuis 1621 ; un abbé de Fontenay en 1611, puis de Bonne-Fontaine (Reims) et évêque de Tréguier, † 1635 ; un abbé de Landévennec en 1746, successivement évêque de Troyes en 1758 et d’Auxerre en 1761 ; un vicaire apostolique à Siam en 1701, † 1727 ; un abbé de Chantemerle au diocèse de Troyes en 1760, successivement évêque de Rodez, puis archevêque de Bordeaux en 1781, garde-des-sceaux en 1789 et archevêque d’Aix † en 1810 ; un chef d’escadre de l’ordre de Saint-Lazare en 1667 et un chef d’escadre en 1784.

La branche de Cicé fondue dans Berthou de Kerverzio ; une autre branche fondue dans la Bintinaye.

Famille éteinte en 1796. [1]


Champion (le), sr de Caimbie et de Lesquen, par. de Bréhant, — de la Vieuville, par. de Pleurtuit, — de Bellevue, — de Runello.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén., réf. et montres de 1423 à 1513, par. de Bréhant-Moncontour, év. de Saint-Brieuc, et Pleurtuit, év. de Saint-Malo.

D’azur au sautoir d’or, accomp. de quatre fleurs de lys d’argent.

Geoffroi, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Robert, vivant en 1480, épouse Hélène Le Roux. Un lieutenant de Vannes en 1536.


Champion, sr de Chartres, par. de ce nom, év. de Rennes, — du Laz, par. de Carnac.

Réf. 1536, par. de Carnac, év. de Vannes.

D’azur à trois têtes de lévrier d’argent, accolées de gueules.

Gilles, lieutenant-général des eaux et forêts de Bretagne en 1596 ; Michel, procureur des bourgeois de Rennes en 1532.


Champlais (orig. du Maine), marquis de Courcelles en 1667.

D’argent à trois fasces de gueules, surmontées de trois aigles de sable.

Louis, épouse en 1640 Marie de Neuville-Villeroi ; un abbé de Saint-Méen en 1675 ; un abbé de Saint-Jacques de Montfort en 1725, † 1786.

  1. Note Wikisource : l’année de 1796 ne semble correspondre à la mort d’aucun membre de la famille. Au contraire, Augustin-Marie Champion de Cicé est mort en 1815 à Hambourg.