Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/300

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
263
COE

Déb. réf. 1668, ress. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois billettes percées d'or, parti d'azur à trois billettes d'argent (Arm. 1696).
Cocquart, sr de Kerné, — de Coëtpéan et de Rosconan, par. de Guérande, év. de Nantes.

D'azur à un coq d'or, perché sur un arc d'argent, couché en fasce et accomp. en pointe de deux flèches de même, empennées d'or, passées en sautoir. (Arm. 1696).

Un membre condamné à mort par contumace pour sa participation à la conspiration de Cellamare en 1720; un capitaine au régiment colonel-général en 1772 ; un capitaine au régiment de Viennois en 1781.

Coënte (le), sr de Quillien, par. de la Chèze, — de Kerouant.

Réf. et montres de 1423 à 1513, par. de la Chèze, év. de Saint-Brieuc.

Porte une clef (Sceau 1381); aliàs : trois macles et un chef engreslé (Blanc-Manteaux).

Jean, ratifie le traité de Guérande entre les bourgeois de Saint-Malo en 1381.

Coësmes (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — du Brossay, par. de Noyal-sur-Brutz, — de Maillechat, par. de Guipel — de la Bichetière et du Sauzay, par. de Soudan, — de la Bagais et du Pas-Besnier, par. de Saint-Jean-de-Bérc, — de Maumusson, par. de ce nom, — de la Chenaudière, par. de Rhétiers, — du Jarriay, du Plessix, du Rocher et de la Séverière, par. de Rougé, — du Plessix, par. de Noyai sur-Seiche, — de Landamère, — du Loroux, par. d'Essé, — de la Babinais, par. du Pin, — de la Herpinière, par. du Loroux-Bottereau, — des Touches-Tarambaud, en Anjou, par. Saint-Georges-sur-Loire.

Réf. de 1427 à 1513, par. de Guipel, Noyal et Rhétiers, év. de Rennes, Soudan et Rougé, év. de Nantes.

De gueules fretté d'hermines (Sceau 1270) ; aliàs : trois fasces chargées d'un cotice (Sceau 1421).

Brient, donne à Savigné la moitié des décimes de Rhétiers, donation confirmée en 1192 par Hervé et Mathieu ses enfants ; Jean, épouse Thomasse Babin, dame de la Babinais, morte en 1333 ; Erard, marié en 1381 à Marguerite de Saint-Mhervé, dame du Loroux, dont Jean, époux en 1405 de Marie de Chevigné.

La branche aînée fondue dans le Vayer puis Maillé qui vendirent en 1455 la seigneurie de Coësmes aux la Roé qui l'ont transmise par alliance en 1555 aux du Refuge, d'où elle est tombée aux Goyon ; la branche du Loroux fondue dans la Feillèe.

Coësmes voy. Couësmes (de).
Coëtando (de), sr dudit lieu, par. de Plouagat-Chatel-Audren, év. de Tréguier.
D'argent à trois fasces de sable, au lion de sinople brochant (G. le B.). Moderne : le Roux, puis Briot.
Coëtanezre (de), sr dudit lieu, par. de Ploaré, — de Lezergué, par. d'Ergué-Gabéric, de Pratmaria, par. de Locmaria, — marquis de la Roche, par. de Saint Thoix, — sr du Granec,