Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fondu dans le Nepvou, d’où la terre de Crénan a passé successivement aux Rocquefort, Urvoy et Perrien.

Crenolle (de), par. de Plessala, év. de Saint-Brieuc.

Seigneurie successivement possédée par les maisons de Kostrenen, de Guémadeux et du Quengo et érigée en marquisat en 1779, en faveur d’Anne-Louis du Quengo, brigadier d’infanterie, voyez Quengo.

Créquy (de) (orig. d’Artois), marquis, puis duc de Créquy, prince de Poix, — sr de Canaples, — duc de Lesdiguières, pair de France.

D’or à un créquier de gueules. Devise : Nul ne s’y frotte.

Jean, sire de Créquy et de Cnnaples, épouse en 1525 Marie d’Acigné, dame de Boisjoly, dont : Antoine, évêque de Nantes, puis d’Amiens, et cardinal, † 1574 ; Antoine oncle du précédent lui succéda sur le siège de Nantes en 1561 ; Charles, maréchal de France, tué d’un coup de canon au siège de Brème en 1638 ; François, maréchal et général des galères de France, † 1687. (Famille éteinte en 1801.)

Cresolles (orig. d’Angleterre), sr de Tréhuélan, par. d’Elven, — du Porlzou, par. de Ploeren, — de la * Villeneuve, du Rest, du Modetz et de Penarstang, par. de Brélévenez, — de Launay, — de Penlan, par. de Servel, — de Kervérault, du Boisriou et de Kergolvez, par. de Cavan, — du Vieux-Trévou, par. de Trévou, — de Cleuzireuz, — de Kerglezrec, par. de Trébeurden, — de Pencrec’h, — de Kermarec.

Anc. ext., réf. 1008, huit gén. et maint. àTinlend. en 1697; réf. et montres de 1420 à 1543, par. d’Elven et Ploeren, év. de Vannes, Lannion, Brélévenez, Servel et Trévou-Tréguignec, év. de Tréguier.

Fascé denché d’or et d’azur de six pièces ; aliàs : losungé d’or et d’azur, pour la branche de Pencrec’h.

Jean, contrôleur de l’hôtel du duc Jean V en 1409 ; Gilles, secrétaire du duc François II en 1461, épouse Marguerite le Du ; un page du Roi en 1738.

La branche de Tréhuélan fondue vers 1458 dans le Comte.

La branche du Modetz fondue au xviie siècle dans du Cleuz du Gage.

Crespel (orig. de Bruxelles), sr de la Touche.

De gueules à une main fermée d’argent, accomp. de trois cygnes de même (Arm. 1696).

Jean, établi à Nantes en 1591, naturalisé en 1611 ; Paul, avocat à la Roche-Bernard en 1696.

Crespin (orig. d’Anjou), sr du Gast, — de Billy, en Blésois, — des Loges, — de Baracé, — de la Chabosselaye.

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois pommes de pin de même,

François, président aux Grands-Jours de Bretagne en 1538, puis président à mortier en 155», père de René, aussi président à mortier en 1570.

Une branche fondue en 1697 dans Contades ; une autre branche transplantée dans l’Orléanais, y maintenue en 1668.

Tome I.
40