Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



D’argent à la croix ancrée de sable, accomp. de trois coquilles de gueules. Devise: Crux anchora salutis, et En bon espoir.

Robin et Even et leurs porte-targes, dans une montre de 1356 ; Bonabes, épouse vers 1360 Olive, dame de Kervizien ; autre Bonabes marié à Alliette de Trobobec, tué au siège de Beuvron en 1426 ; Perrot, chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, gouverneur de l’hôpital de Balaznanten Plouvien, en 1443 ; Renaud, capitaine de la ville d’Asti en Piémont pour le duc d’Orléans en 144 7, et bailli de Sens au service de Charles VII, † 1463 ; Charles, maître des comptes en 1444 ; Jean, bailli de Cornouaille en 1476 ; René, capitaine ligueur, tué dans une rencontre près de Pontivy en 1594 ; un chef d’escadre en 1776 ; un page de la Reine en 1788, et un maréchal de camp en 1791 en émigration, dont entre autres enlants. un fils tué à Quiberon en i795;un membre admis aux honneurs de la cour en 1783.

La branche aînée fondue en 1400 dans Quèlen, d’où la seigneurie du Dresnay a appartenu successivement aux Montigny, la Rivière et la Fayette.

Dreux, comté et maison issue des rois de France, dont les puînés ont régné sur la Bretagne.

Echiqueté d’or et d’azur, qui est Baudement de Braine ; à la bordure de gueules.

Robert de Francé, comte de Dreux, cinquième fils de Louis-le-Gros, en épousant en 1152 Agnès de Baudement, dame de Braine, prit les armes de sa femme ; Pierre, dit Mauclerc, petit-fils des précédents, épousa en 1212 Alix, duchesse de Bretagne, dont sont issus tous les ducs jusqu’à la reine Anne.

Pierre, brisait les armes de Creux d’un franc quartier d’hermines, qui est Bretagne, ainsi que ses successeurs, jusqu’à Jean III, † 1341, après lequel les armes pleines de Bretagne furent substituées aux armes de Dreux.

Dreux (orig. du Poitou), sr de la Gastillionnière, — des Barres, — de Boisaubry, — de Nancré, — marquis de * Brézé en 1685, — baron de Berrye, — sr du Port-Darlou,

— de la Galissonnière, par. de Saint-Jean-de-Béré, — du Loray, par. de Fougeray. Ext. réf. 1669, quatre gén., ress. de Nantes.

D’azur au chevron d’or, accomp. en chef de deux roses d’argent, et en pointe d’un soleil d’or.

Pierre, témoin à une transaction passée à Loudun en U06; Simon, petit-fils de Pierre, épouse Perrine Coquereau ; dont Mèry, marié en 1533 à Charlotte de la Coussaye, dont : 1o Claude, auteur de la branche de Nancré éteinte en 1883 ; 2o Thomas, secrétaire du Roi en 1594, auteur de la branche de Brézé et du Port-Darlou. Ces diverses branches ont produit des conseillers aux parlements de Paris et de Bretagne depuis 1635 ; quatre lieutenants-généraux des armées du Roi depuis 1672 ; cinq grands-maîtres des cérémonies de France depuis 1701 ; un maître des cérémonies des ordres du Roi en 1749 ; deux pairs de France depuis 1815et un évéque de Moulins en 1849 ; un membre admis aux honneurs de la cour en 1787.

Drkzic ou Drezit (du), sr dudit lieu, — de Kerforn, par. de MaëNCarhaix, — de Penfeunteun, — de Penlan, — de Lesduff, par. de Loguivy-Plougras, —(du Ponthir,

— do Roscoët, — de Keralain, — de Kermolo, — de Kermadec.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1427 à 1562, par. de Bourbriac, év. de Tréguier, et Maël-Carhaix, év. de Cornouaille.

D’argent au pélican d’azur, en sa piété de gueules, voyez Bescont.