Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/404

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La branche de Kervéguen fondue vers 1577 dans Goêsbriund, puis en 1651 Kermenguy ; la branche de Penanec’h fondue vers 1603 dans Kerbouric. Cette famille et la précédente paraissent avoir une origine commune.

Estienne, sr du Garz, par. de Bourbriac.

Anc. ext., réf. 1669, quatre gén., réf. etmonties de 1463 à 1543, dite par., év. de Tréguier.

D’argent à trois fasces de gueules, accomp. de huit mouchetures d’hermines 2. 2. 2. 2 ; au chef cousu d’or, chargé de deux fleurs de lys de sable. Prigent, vivant en 1543, épouse Catherine Stéphan.

Estimbrieuc (d’), sr dudit lieu, par. de Guéheauo, — de Valleine, — de Villeneuve par. de Sarzeau, — duPrassais, par. de Seront.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén., réf. etmontres de 1448 à 1536, par. de Guéhenno, év. de Vannes.

D’argent à trois quintefeuilles de sable. Devise : Iterum virescet.

Briant, vivant en 1448, épouse Eonette Moro, de la maison du llaut-Quilly ; Raoul, tué à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488.

La branche ainée fondue au xvie siècle dans la Chesnaye.

Estival, srde Liger, ress. de Fougères.

D’or au chevron de gueules, accomp. en chef de deux molettes de sable et en pointe d’une tête et col de cheval de même (Arm. 1696).

Estoile (de L’) sr dudit lieu, par. de Langoat, év. de Tréguier. D’azur à trois étoiles d’or.

Eon, célèbre sectaire, condamné par le concile de Reims à la prison perpétuelle, où il mourut en 1148, était de cette famille dont les possessions appartenaient en 1660 aux Geslin de Trèmargal.

Estohé, srduGrazil, par. de Guéhenno.

Déb. réf. 1670 ; réf. et montres de 1481 à 1536, dite par., év. de Vannes. D’argent au croissant de sable, surmonté d’une fleur de lys d’or.

  • Estourbeillon (l’) sr de l’Estourbillonnaye, par. d’Ercé près Gosné, — du Brin, par. de Saint-Marc-le-Blanc, — de la Planchette, par. de Saint-Médard-sur-Ille, — de la Saviuaye, — dela Hunaudière. — de la Béchère, par. d’Acigné, — du BoisJoubert, par. de Donges.

Anc. ext. réf. 1668, cinq gén., réf. de 1427 à 1513, par. de Saint-Médard-surIlle et Acigné, év. de Rennes.

D’argent au griffon de sable, armé et lampassé de gueules. Devise : Crains le tourbillon.

Pierre, témoin en 1093 d’une fondation d’André de Vitré au prieuré de Sainte-Croix de Vitré; Jean, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Perrot, écuyer dans une montre de 1383 ; Pierre, prête serment au duc entre les nobles de Rennes en 1437 ; Bonabes, vivant en 1500, épouse Louise de Pellineuc ; un page du Roi en 1773. [ocr errors]

Estrades (